Føroysk fuglanøvn hjá franska fuglafrøðinginum Brisson (1760)

##plugins.themes.bootstrap3.article.main##

##plugins.themes.bootstrap3.article.sidebar##

Published Jan 1, 1970
Poul Skårup

Abstract

Dans le dernier volume de son Ornithologie (1760), Brisson fait mention de plusieurs noms d'oiseaux feroiens. II a empruntá quelques-uns de ces noms á des auteurs anterieurs, mais d'autres noms, avec les oiseaux euxmemes, ont átá envoyes des Feroe en France par le capitaine Francois Thurot, qui visita les lles dans l'hiver de 1759/60 (A. Degn 1927). Quelques-uns de ces noms ne se trouvent pas dans des sources ácrites anterieures á Brisson.

Suivent des remarques etymologiques sur quelques-uns de ces mots. Le francais alque n'a pas ete emprunte au norvegien (FEW XV. 1, 17), mais au latin scientifique, qui l'a emprunte au feroien. — Comme nous l'avons montrá dans des articles antárieurs (voir la bibliographie cidessus, il n'y a aucune raison de penser que le francais eider ait ete emprunte au suedois par le commerce (FEW XV. 2, 84), mais le mot a ete empruntá au latin scientifique, qui doit le tenir de l'islandais; il est vrai que le premier á l'employer en latin, Ole Worm (1655), dáclare avoir reju l'oiseau des Feroá, mais la forme eider ne peut etre qu'islandaise (et l'islandais n'est pas la langue des Feroá, cf. R. Arveiller 1963, 103—4). — Le mot gorfou a ete cree par Brisson, non d'apres un mot danois (Robert III 301; Nouv. dict. etym. Larousse; le danois n'est pas la langue des Fároá), mais d'apres le nom feroi'en Goirfugel, comme l'ecrivait Clusius en 1605, aujourd'hui gorfuglur.

Un nomen agentis germanique, *harilon, plus tard *herla 'oiseau qui fait du bruit', derive de *hari)ón 'piller, devaster', peut etre l'etymon de plusieurs mots dont l'etymologie a ete inconnue jusqu'ici: la seconde partie du feroíen ógvella 'harelde' et de l'isl. hávella, haferla (ecrit Havellda par Worm 1655, change fautivement par des auteurs posterieurs en Harelda, forme employee en latin scientifique, d'oú harelde en fran^ais, voir Lockwood 1961, p. 11), l'ecossais herle 'háron', l'anglais *Herle(-king) (d'oú le francais Hellequin, Harlequin), et l'anglais *herle (d'oú le francais herle, harle, nom d'oiseau); de mSme l'etymon du francais gievre 'grebe; harle' (FEW XII 244), de l'occitan gahre, nom de plusieurs oiseaux (FEW IV 17) et du francoprov. grebe (FEW XXI 246) est probablement la racine celtique et germanique *grbo- 'oiseau qui fait du bruit' (Marstrander 1910, 391), plutót que le celtique *gabro- 'bouc'. Un nomen actionis francique apparente, *harila(n) 'tumulte, bruit', peut avoir passe dans le franfais deux fois: avant l'umlaut: harele 'tumulte, bruit', et de nouveau apres l'umlaut et la syncope: herle 'bruit', d'oú herler 'faire du bruit'; pour d'autres explications, voir FEW XVI 149 et M. Delbouille 1958.

Abstract 16 | PDF Downloads 33

##plugins.themes.bootstrap3.article.details##

Section
Humanities